Le cactus dépressif

Pinchitos III

Una foto publicada por Noemí Rivera (@noerive) el

Être un cactus ce n’est pas facile. Nous sommes voués à une triste vie de solitude parce que personne ne veut nous embrasser. Mon corps est couvert d’épines qui font Noémie crier. Oui, je suis le cactus de Noémie et j’habite dans un coin sur son bureau, dans une tasse qui était à sa mère. Tout le jour et toute la nuit.

Je m’appelle Pinchitos et je suis long et fin. J’ai six enfants. Je ne suis pas très grand, mais je grandirai beaucoup si Noémie s’occupe correctement de moi. Elle m’arrose quelquefois et je crois que je ne mourrai pas tôt. Ce n’est pas le cas des autres plantes qu’elle a eues. Du persil, du basilic, de la menthe… tous sont morts !
Oh, c’est triste la vie d’un cactus ! Je souhaite sentir l’amour, mais je ne peux pas, mes épines font fuir toute forme de vie humaine, je peux seulement avoir la compagnie des insectes : des coccinelles, des fourmis, des abeilles… Mais je suis à l’intérieur !

Je souhaite que Noémie me caresse, qu’elle me parle, qu’elle me dise que je suis beau. Mais elle m’ignore ! Je suis ici seulement pour absorber les radiations de son ordinateur, pas pour ma beauté ou ma bonne odeur. Je ne veux pas être un cactus ! Je veux être une jolie tulipe !

Un comentario en Le cactus dépressif

  1. Elena dice:

    Encantador relato.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *